Accueil  » Activités  » Approche Genre et Développement

Partenaires
Approche Genre et Développement

POURQUOI L’APPROCHE
GENRE ET DÉVELOPPEMENT ?

Le genre en tant que concept social
Pendant des siècles, on a cru que les caractéristiques présentées par les femmes et les hommes étaient naturelles et inaltérables, déterminées par les différences biologiques ou divinement décrétées. Ces caractéristiques incluent à la fois les idées et les valeurs considérées comme étant féminines ou masculines (les femmes sont émotives, les hommes rationnels) et un ensemble de comportements, d’aptitudes et de pratiques (les femmes font la vaisselle, les hommes travaillent avec des machines).

Ces caractéristiques sont engendrées et créées par la société. Dans l’approche genre et développement, on utilise le terme genre pour décrire les caractéristiques déterminées par la société, et le terme sexe pour décrire celles qui sont déterminées biologiquement (principalement, l’aptitude des hommes à féconder et celle des femmes à mettre au monde des enfants). « En effet, rien dans le fait que les femmes portent les enfants n’implique qu’elles doivent à elles seules s’en occuper durant l’enfance, encore moins qu’elles doivent nourrir et s’occuper des adultes, prendre soin des malades, accomplir certaines tâches agricoles ou travailler dans une manufacture de pièces électroniques.
Il est important de réaliser que les rapports et identités de genre ne sont pas universels, mais varient selon les cultures et parfois selon les collectivités. Ils sont dynamiques et changent avec le temps.

Les inégalités de genre
Partout dans le monde, les femmes en tant que groupe, gagnent moins que les hommes, ont moins de bénéfices et ont des journées de travail plus longues. Leur travail et leurs opinions sont dépréciés. En général, les femmes ont des responsabilités familiales plus lourdes et sont souvent menacées de violence. Elles sont également sous représentées aux niveaux décisionnels et elles font face à de nombreux obstacles lorsqu’elles veulent occuper des postes d’autorité. Selon les statistiques des Nations unies, à l’échelle mondiale,
 Les femmes accomplissent 67 % des heures de travail ;
 Elles gagnent 10 % du revenu mondial ;
 Elles constituent les 2/3 des analphabètes du monde ;
 Elles possèdent moins de 1 % des propriétés dans le monde.
Comment peut on espérer résoudre les problèmes de développement sans tenir compte de cette réalité.

TROIS CONSTATS SONT À LA BASE DE L’APPROCHE GENRE ET DÉVELOPPEMENT

Le fait que dans toute société les femmes forment un groupe désavantagé par rapport aux hommes, en terme de bien être (éducation, santé, revenu, etc.), en terme d’accès et de contrôle des moyens de production et en terme de pouvoir ;
 Le fait que dans toute société les femmes et les hommes ont des besoins différents,
 Compte tenu de leurs rôles et responsabilités distinctes, et compte tenu de l’inégalité dans l’accès et le contrôle des ressources ;
 Le fait que cette situation d’infériorité constitue un obstacle au développement, puisqu’elle limite les chances et les opportunités de la moitié d’une population.

Qu’est ce que l’approche genre et développement ?

L’approche GED est née dans les années 1980 des critiques féministes des modèles successifs de développement préconisés par les grandes agences de développement. Elle se caractérise par :
 Une stratégie qui vise à permettre l’intégration des préoccupations de genre dans l’analyse, la planification et l’organisation de politiques, programmes et projets de développement.
 Une approche qui cherche à promouvoir l’égalité entre les sexes par l’empowerment des femmes et des hommes dans la population et dans les activités de développement.
 Une approche qui prône des valeurs d’égalité dans tous les domaines où les écarts entre les hommes et les femmes sont grands, notamment dans :
- la division du travail ;
- l’accès aux services et aux ressources ;
- le contrôle des ressources et des bénéfices ;
- le pouvoir décisionnel.
 Une approche qui ne se concentre pas uniquement sur les femmes ou sur les hommes, mais plutôt sur la transformation des rapports entre les genres dans un sens plus égalitaire.
 Une approche qui ne tente pas de marginaliser les hommes mais d’élargir la participation des femmes à tous les niveaux.
 Une approche qui ne vise pas à transformer les femmes en hommes, mais bien à s’assurer que l’accès aux ressources ne relève pas de l’appartenance à un sexe.

Agenda
novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017


Publications
 

Accueil ContactAdministrationPlan du siteFlux RSS

©F.U.G.P.N MOORIBEN 2010 - BP 553 Tel:(00227)20724079 - Email:mooriben@yahoo.fr

Conception/Réalisation: yp

Financé par le projet "Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire (FAO)